SÉMAPHORES PRÉSENTE UNE CONTRIBUTION MÉTHODOLOGIQUE À L’ÉVALUATION DE LA CHARGE DE TRAVAIL DANS LES ACTIVITÉS DE TYPE INTELLECTUEL

Publication dans la SELF (Société d’Ergonomie de Langue Française) par Abdessalem Machghoul et Thomas Le Gall du départe­ment «Transformation» de Sémaphores.

Les sciences de l’ingénieur comme les sciences sociales et a fortiori les ergonomes ont depuis longtemps investi la question de la charge de travail afin de la mesurer et de l’organiser. Si la charge de travail physique n’était déjà pas aisée à appréhender dans l’organisation scientifique du travail (malgré le salaire à la pièce et le one best way …), les nouveaux modes de pro­duction, qui reposent de plus en plus sur la capacité des opérateurs à s’adapter aux aléas, rendent la tâche encore plus complexe en étant cen­trés sur des objectifs de flexibili­té, d’adaptabilité et d’innovation. Cette communication vient pro­poser à la discussion une méthode d’évaluation de la charge de travail physique et mentale fondée sur un outillage d’objectivation quantita­tive, qualitative ainsi qu’une me­sure du ressenti. Cette approche est conçue sur la base de travaux existants (analyse de la complexité et de l’intensité du travail, analyse temporelle, NASA TLX).

 

DANS CE NUMÉRO :