N°3 – Novembre 2018

Egalité femmes-hommes : aider les entreprises à construire un projet sur-mesure

 

Déclarée grande cause du quinquennat par le Président de la République, l’égalité femmes-hommes s’impose aujourd’hui comme un sujet majeur de la vie des entreprises.
Après une phase de concertation avec les partenaires sociaux, le gouvernement a adopté le 7 mars dernier un plan stratégique pour faire progresser l’égalité professionnelle dans le pays. Un chantier de grande ampleur lorsque l’on sait par exemple que la différence de salaire entre les hommes et les femmes est en moyenne de 10% (à conditions équivalentes : secteur, diplôme, âge, temps de travail) et que les femmes rencontrent de grandes difficultés pour accéder aux mêmes emplois et aux mêmes responsabilités que leurs collègues masculins. Pour preuve, si les femmes représentent aujourd’hui 42% des cadres, elles ne sont que 17% à occuper des postes de direction et seulement 10% à figurer dans le top management des sociétés privées. Pour faire bouger les lignes, le gouvernement a choisi de s’appuyer sur une réglementation plus contraignante pour les entreprises. La mesure de l’écart salarial sera objectivée et commune, grâce à la mise à disposition d’un logiciel intégré au logiciel de paie d’ici 2019. Aujourd’hui, le législateur ne considère plus que l’égalité femmes-hommes doit être une question laissée à la libre appréciation des employeurs. La loi impose aux entreprises de se saisir de ce dossier et d’obtenir des résultats concrets sous trois ans. Une obligation qui est toutefois modulée en fonction de la taille des structures. Les entreprises de plus de 50 salariés doivent impérativement conclure un accord relatif à l’égalité professionnelle. Pour y parvenir, elles doivent mener quatre actions : établir un diagnostic des écarts de situations entre les femmes et les hommes, élaborer une stratégie pour réduire ces écarts, négocier un accord avec les partenaires sociaux et promouvoir les actions en faveur de l’égalité professionnelle.
En revanche, les sociétés de moins de 50 salariés ne sont pas tenues pour l’instant d’être couvertes par un accord collectif ou par un plan d’action.

« Désormais les entreprises ont l’obligation de publier les indicateurs sur les écarts entre les femmes et les hommes et d’engager des actions pour les résorber. Or, celles-ci ne savent pas forcément comment s’emparer de cette problématique, d’autant qu’il faut la décliner sur plusieurs fronts à la fois, observe Anne-Léone Campanella, directrice de la transformation digitale au sein du groupe Alpha. Si la question de l’égalité salariale constitue la porte d’entrée la plus utilisée, il y a bien d’autres aspects à traiter. Notre intervention vise à aider les entreprises à identifier tous les domaines où se matérialisent des inégalités et à les accompagner dans la mise en place de leur projet en faveur de l’égalité femmes-hommes ».

Changer de culture d’entreprise

Une approche systémique qui conduit les consultant∙e∙s de Sémaphores à analyser ce qui se fait dans l’entreprise en matière de recrutement, de formation, d’évolution des carrières, de parentalité, d’articulation vie personnelle – vie professionnelle, d’organisation du travail, de prévention des risques professionnels, de droit à la déconnexion, de retraite, et même à se pencher sur la proportion femmes- hommes au sein des instances représentatives du personnel. Pour réaliser cet audit, le cabinet de conseil s’appuie à la fois sur les dirigeant∙e∙s de l’entreprise, les services RH, les responsables diversité et les organisations syndicales. Une fois les problématiques clairement identifiées, les consultant∙e∙s Sémaphores explorent avec l’entreprise les réponses qu’elle peut apporter et proposent d’élaborer un plan d’actions sur-mesure.

« Nous portons deux convictions fortes sur le sujet et la manière de l’aborder, souligne Anne-Léone Campanella. L’égalité femmes-hommes est un levier de qualité de vie au travail pour toutes et tous et de performance sociale pour l’entreprise. C’est une source de progrès social. Outre notre savoir-faire, nous savons mobiliser les prestations qui correspondent aux besoins de chaque entreprise. Pour chacune d’elles, le parcours pour mettre en place une politique d’égalité femmes-hommes est singulier. Le processus est long et souvent lié à la culture d’entreprise. Il n’y a pas de recette toute faite. Nous aidons chaque entreprise à inventer ses propres solutions à partir d’une méthodologie permettant de poser les bonnes questions et de passer d’une politique de moyens à une politique de résultats ».

L’intervention de Sémaphores permet également à l’entreprise de mettre en place des dispositifs pour impliquer les managers dans ce processus de transformation et communiquer auprès de l’ensemble des salarié∙e∙s à chaque étape du projet.

« Nous imaginons en permanence de nouveaux outils, ajoute Anne-Léone Campanella. Actuellement nous testons par exemple un jeu pour aborder le sexisme ordinaire, prestation que nous proposerons bientôt à nos client∙e∙s ».

Enfin le groupe Alpha organisera début 2019 un colloque sous forme de workshops autour de l’égalité femmes-hommes. Pour sûr, un rendez-vous à ne pas manquer !

Recevez La Lettre dans votre boîte mail : 

Retrouvez les autres numéros :

N°1Mars 2018

N°2 – Juin 2018